Attaque mortel de frelon asiatique

Publié le par LE BERVET ERICK

Attaque mortel de frelon asiatique

Finistère. Un homme décède après deux piqûres de frelon asiatique

La victime, un homme de 60 ans, de Sainte-Sève, avait des antécédents cardiaques. L’insecte, aussi dangereux qu’un frelon européen, est de plus en plus présent en Bretagne.

Les faits remontent au 22 juillet. Ce jour-là, un homme de 60 ans, domicilié à Sainte-Sève dans le Nord-Finistère (29), s’approche d’un nid de frelons asiatiques. Ceux-ci sont logés dans un nichoir pour mésanges, dans son jardin. L'homme aurait tapoté contre le mât de l'abri artificiel, ce qui aurait énervé les insectes. Attaqué, il est piqué deux fois : au front et dans une zone située entre l’épaule et le cou.

L’homme fait un arrêt cardiaque : « Les pompiers ont eu du mal à le réanimer, ils m’ont dit que c’était très grave », raconte un témoin présent sur la scène de l’accident. Il est immédiatement transporté à l’hôpital de la Cavale-Blanche, à Brest, mais décède des suites des complications liées aux piqûres.

Quatre décès depuis 2009

« Les frelons asiatiques sont particulièrement dangereux pour deux raisons, d’abord, ils attaquent en masse lorsqu’ils se sentent agressés. Ensuite, on peut croiser facilement leurs nids, notamment dans des haies. »

Ces hyménoptères ont fait leur apparition en 2004 en France, des suites d’une importation accidentelle : des poteries chinoises auraient transporté des reines en hibernation. Si cette espèce nuit beaucoup aux apiculteurs -les frelons asiatiques sont friands d’abeilles-, elle s’attaque parfois à l’homme. D'après une étude scientifique réalisée à Marseille, on recense quatre personnes décédées des suites de piqûres depuis 2009. Trois d'entre elles possédaient des antécédents allergiques.

« Choc cardiovasculaire »

La mortalité liée à des frelons asiatiques en France ne présente pas de « gravité inhabituelle », selon Gaël Le Roux, pharmacien toxicologue au centre antipoison d’Angers. « Le venin du frelon asiatique est un peu moins toxique que celui de son homologue européen, précise le scientifique. Mais, comme pour les guêpes et tout type de frelon, il peut déclencher des chocs allergiques très graves. » Ces chocs anaphylactiques sont des réactions pouvant entraîner des œdèmes de Quincke, et des « détresses respiratoires et chocs cardiovasculaires », explique Gaël Le Roux.

Le frelon asiatique est cependant en train « d’envahir » la France. Et Sainte-Sève compte passer une convention avec la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGON) afin de lutter contre l’insecte. Dans le Finistère, vingt-cinq communes l’ont déjà fait.

(article du journal ouest france)

Commenter cet article