L'évolution naturelle de l'abeille

Publié le par LE BERVET ERICK

L'évolution naturelle de l'abeille

L'abeille traverse 4 grands stades : 

L'oeuf

ils sont pondus par la seule femelle fertile de la ruche : la reine, qui est donc la mère de toute la colonie.

Si les oeufs pondus ne sont pas fécondés (la fécondation est "au choix" de la reine, qui possède une réserve de sperme, la spermathèque), ils donneront des mâles (les faux-bourdons).

Si, par contre, il y a fécondation, les oeufs donneront des femelles (ouvrières ou reines).

Trois jours après la ponte, l'oeuf éclot.

 

La larve

Les larves sont des petits vers blancs. Abondamment nourris par les ouvrières pendant 5 à 6 jours, les larves grandiront d'environ 900 fois pour les ouvrières, 1700 fois pour les reines et 2300 fois pour les mâles !

C'est ici qu'intervient la différence, au niveau des femelles, entre reines et ouvrières. Dans certaines circonstances, la colonie décide de "fabriquer" des reines. Pour ce faire, elles nourrissent simplement une larve femelle avec une substance spéciale : la gelée royale. Il n'y a donc, à la base, aucune différence entre les larves de reines et d'ouvrières !

À la fin de la croissance, les ouvrières referment l'alvéole avec de la cire. Et la nymphose commence.

La pupe (nymphe ou "cocon") 

À ce stade, la larve se transforme et acquiert progressivement les caractéristiques de l'adulte (pattes, yeux, ailes, etc.) D'abord blanche, elle va progressivement foncer.

La durée du stade pupal varie entre 7 jours (reines), 12 (ouvrières) et 14 jours (mâles). Après une dernière mue, l'adulte est prêt à sortir. Avec ses mandibules, l'imago déchire l'opercule de cire et rejoint la colonie.

 L'imago (adulte).
Les insectes adultes sont donc répartis en trois "castes" : les femelles ouvrières stériles représentent la plus grosse partie de la colonie ; la reine, occupée continuellement à la ponte, et éventuellement quelques futures reines en croissance dans des alvéoles ; les faux-bourdons, uniquement destinés à s'envoler féconder les reines d'autres colonies, et inutiles à la vie de la ruche
Elle endossera, pendant sa courte vie, plusieurs métiers indispensables au développement et à la survie de la ruche:
Nettoyeuse, nourrice, maçonne, manutentionnaire-magasinière, ventileuse, gardienne, butineuse
     
 

Commenter cet article